Emploi de jeunes en RDC : une réalité codée

foire de l'empoi theme

La RDC fait partir de pays au monde, qui enregistrent un taux élevé de chaumage. Dans le respect de mots, et pour ne pas enfoncer le couteau dans la plaie, cette catégorie de personne est, de commun de mortel, appelé « chercheur d’emploi ou demandeur». Pour occuper cet esprit creux et qui vit dans le désespoir et dont certains semblent déjà avoir dépassé l’âge d’embauche, le bureau international du travail, dans le cadre du programme d’activités de jeunes au Katanga, « BIT-PAEJK », sous le financement du royaume de Belgique, dans le cadre du programme indicatif de coopération, « PIC », a organisé du 9 au 11 avril 2015 à Lubumbashi, une foire d’emploi et de la formation professionnelle.

Le programme d’activités pour l’emploi des jeunes dans la province du Katanga, est un projet de coopération technique mis en œuvre par le bureau international du travail, « BIT ». Ce projet est financé par le royaume de Belgique dans le cadre du programme indicatif de coopération afin de créer des emplois pour les jeunes par la réalisation de quatre objectifs spécifiques ci-après : l’accès accru des jeunes entrepreneurs à la micro-finance, le renforcement de capacités entrepreneuriales de jeunes femmes et hommes, la plus grande employabilité des jeunes sortant des établissements de formation professionnelle ainsi que l’amélioration de la  gouvernance  provinciale du marché de travail.

Durant trois jours les jeunes ont bénéficié d’une formation pratique sur : les techniques de recherche d’emploi, comment créer et développer son entreprise, l’entreprenariat comme option de carrière, où trouver de l’aide pour l’orientation et l’insertion professionnelle etc.

Partenaire de cette foire et entreprise mère dans la formation professionnelle et la qualification,  l’Institut National de Préparation Professionnelle, « INPP », représenté par son D.P. Boudy Mukadi, qui prenant la parole dans une salle pleine de jeunes, a axé son exposé sur l’orientation et l’insertion professionnelle. Selon lui : « cette lourde tâche d’orientation et de l’amélioration de la qualification professionnelle est une mission officielle de l’INPP. Pour y arriver l’entreprise s’est fixé des objectifs qui ont abouti à la création des structures, qui concourent effectivement à cette dernière. Comme vous le savez, INPP a comme spécialité la formation de cardes bien qualifiés. Et la formation qu’il donne et différente des autres, dans le sens qu’elle est qualifiante et liée directement au poste dans une entreprise. En sus de cette mission, INPP reste l’unique institution habilitée à qualifier toute personne après ses études et cela dans les tous domaines ».

foire de l'emploi 1Monsieur Hamidou Elebe, directeur de l’agence conseil en communication CREA Box, qui a pris part active à cette foire démontre que « ce salon d’emploie est plus important, dans le sens qu’il a mis ensemble les entreprises qui recrutent et les institutions d’appui à la formation et à la qualification professionnelle, pour accompagner les jeunes à l’entreprenariat. C’est une belle initiative de placer tous ces acteurs porteurs des offres et services au même endroit, pour la création d’une cohésion sur l’orientation des jeunes par rapport aux réalités de marchés d’emploi et comment entreprendre. D’ailleurs, depuis un certain temps, le gouvernement congolais a assaini son climat des affaires avec l’OHADA ; avant, créer une entreprise était un parcourt des combattants et ça demandait des capitaux importants. Actuellement cette réalité a changé. Avec 100$ l’on peut créer sa propre entreprise.

Le constat malheureux est que tout le monde en RDC espère à l’industrie minière, qui depuis un certain temps est considérée comme moteur des recettes et fournisseuse d’emploi. En réalité seule, elle ne peut pas suffire et satisfaire tout le monde. La question importante aujourd’hui est de savoir : comment les gens qui n’ont pas d’emploi peuvent trouver les débouchés ? Cela peut être fait par l’entreprenariat. En dehors de cette industrie minière, il existe des sous-traitances également, qui ne répondent pas toujours aux besoins de l’emploi. Donc pour résoudre ce problème, il faut plus d’initiatives des jeunes. Et ce genre de rencontres permet de résoudre ces difficultés ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s