Katanga : échec de médiation au malaise entre acteurs de la société civile, la justice s’en saisit du dossier

SOCIETE CIVILE KATDans le souci de mettre fin à la crise qui prévaut entre les acteurs du cadre de concertation de la Société Civile du Katanga, le conseil de sécurité de la ville de Lubumbashi, siégeant sous la présidence de l’autorité urbaine, a tablé sur cette question. A la suite d’une réunion tenue avec les parties en conflits, il ressort de la rencontre que les efforts de médiation ont accouché s’une souris. D’où le transfert du dossier à la justice.

Le conseil de sécurité qui s’est réuni après avoir entendu les deux protagonistes, a rendu public ses conclusions au malaise qui se vit actuellement au sein de la société civile du Katanga. Le Maire de la ville, Jean Oscar SANGUZA MUTUNDA a d’abord rappelé aux deux camps opposés, que la mairie n’est pas juge, mais elle a joué son rôle pour préserver l’autorité de l’Etat et l’ordre public. Le Numéro Un de la ville de Lubumbashi a fait savoir à l’assemblée que le conseil de sécurité qui a consulté la charte de la société civile et le règlement d’ordre intérieur, seuls textes qui régissent le cadre de concertation de la société civile du Katanga jusque-là, s’est résolu de ramener les protagonistes à l’esprit de ce qui est édicté par les lois qui organisent cette plateforme.

temoins election FkEn outre, le maire a invité les sociétaires du cadre de concertation, à organiser les élections dans un bref délai, conformément à la charte de la société civile et au règlement d’ordre intérieur. A la suite des résolutions du conseil urbain de sécurité, des questions sont restées en suspens: s’il faut s’en tenir aux règles qui régissent le cadre de concertation, Jean-Pierre Muteba qui faisait office de porte-parole jusqu’à la survenue de sa suspension, demeure-t-il ou pas ? Qu’adviendra-t-il des faits retenus contre lui et, qu’il rejette en bloc? S’il faut organiser les élections à qui revient cette charge? Visiblement, dans la salle de réunion de l’hôtel de ville de Lubumbashi le 16 février 2015, les parties en conflit n’ont pas semblé  converger aux décisions rendues par les autorités de la ville.

♦“Lire aussi: Katanga: Les violons ne s’accordent pas entre acteurs de la Société civile”♦

Face à cet échec de médiation, le maire président du conseil a renvoyé le dossier à la justice. Surplace le représentant du procureur de la république a été invité de se saisir de l’affaire. Il a été décidé pendant ce temps, la saisine du patrimoine et autres biens appartenant au cadre de concertation, jusqu’à l’issue de l’instruction du dossier. Il faut signaler que sur terrain rien n’est encore fait du côté judiciaire, le siège de la société civile demeure ouvert.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s