Lotissement : procédure à suivre…

LOTISSEMENTLa croissance de la population oblige la ville de Lubumbashi à étendre ses limites. C’est ainsi que chaque jour à Lubumbashi, les maisons se construisent dans les quatre coins et les avenues qui s’étendent dans toutes les directions. Cependant, un sérieux problème d’urbanisation se pose. Les services compétents en la matière assistent de manière impuissante à une extension mal ordonnée de la ville, où les maisons sont construites sans plan, parfois même sur un terrain non approprié :

marécageux ou sablonneux, des routes sans issues et débouchant dans des parcelles d’habitation. Cette situation trouve son explication dans plusieurs réalités qui datent de plusieurs années.

A en croire le bureau du service de l’urbanisme, le plan de lotissement que le Katanga observe jusqu’aujourd’hui est issu d’une réalité coloniale, « il faut savoir que jusqu’ici le décret qui régit le service de l’urbanisme est celui décrété par le roi Baudouin le 20 juin 1957 et il n’a jamais été révisé», explique Monsieur Tshama du service de l’urbanisme à la Mairie de Lubumbashi.

Ce décret prévoit que « Le Commissaire de district qui constate que sa population est devenue très grande et l’espace est étroit pour contenir tout le monde, il va concevoir un plan d’aménagement local ou encore appelé plan de lotissement qui sera soumis au Gouverneur Général dans un délai de 18 mois prenants cours ». Ce plan comprend les prévisions des espaces verts, les routes d’intérêt public, les cours d’eaux avec un écart de 10m à chaque rive, l’emprise de haute tentions sur un aire de 25 m, les endroit pour les dépôts, les écoles, les emprises de cimetières à une distance de 50 m de maisons d’habitation, les endroits pour les entreprises de l’Etat, les terrains de loisir, les périmètres de la Régideso et de la Snel et les zones de réserve pour les ressources du sous-sol comme les minerais. Tout commence alors avec le service de l’urbanisme qui élabore le plande lotissement. Puis, il cède le bâton au service cadastral pour la distribution des terrains qui, à son tour remet les planches à l’urbanisme pour en faire un suivi car l’urbanisme joue le rôle de la police du cadastre. En dernier lieu vient le service de l’habitat pour voir si les constructions sont conformes au plan initial de lotissement et aux normes cadastrales. Cependant, à ce jour, l’Etat a un peu du mal à réparer les erreurs de ces représentants, qui ont choisi d’user de leur pouvoir pour autoriser les constructions à des endroits inappropriés pour leurs intérêts personnels. D’où aujourd’hui, des opérations de démolition des maisons par-ci par-là.
A la question de savoir s’il y a un remède à cette situation, Monsieur Tshama pense qu’il faut décourager tous ceux qui construisent sans respecter les normes urbanistiques, faire subir la rigueur de la loi à tous ceux qui érigent des maisons sur la voie publique, qui empiètent sur les terrains des autres. Parmoment, ajoute-t-il, : « nous sommes découragés par les
décisions de certaines autorités qui foulent au pied les prévisions urbanistiques au détriment des miniers et pour leurs intérêts personnels ».
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s